..:: Jeux d'enfants ::..


Jeux d'Enfants, 1 h 33

Yann Samuell, France, 2002

Avec Marion Cotillard, Guillaume Canet, Emmanuelle Grönvold, Thibault Verhaeghe ...







Un Pari surprenant!


        "Chuis sûr que t'es même pas cap, d'abord!"

Interjection mille fois entendue dans les petites classes, remanance de l'enfance enfouie derrière des piles de dossiers "pour les grands". Pourtant même adulte le jeu des défis, des prises de risques miniatures puis grandeur nature reste un paradis pour le rêve et l'épanouissement! (rien que ça). En tout cas, c'est un peu ce que tente de montrer Yann Samuell dans son premier long métrage : Jeux d'Enfants.

Cette expression est donc le leit-motiv de ce "petit" film (1h30 et des poussières), qui défie les règles du 7° art. En effet, Le réalisateur de cette fiction a tablé sur une campagne d'affichage public pour le moins inattractive, un casting qui flaire le bon navet néo-mélodramatique (ça plait beaucoup comme courant, j'en suis fort aise!) et, cerise sur le baba, un tournage réalisé ... en Belgique (sus au préjugés, faites taire cette affreuse auteur)!


Bref, le caractère pathétiquement commercial, tout du moins à première vue, de ce film n'était pas prêt de le placer haut sur notre échelle d'estime (très rigoureuse, et exigeante!).


MAIS, car il y a un mais, aussi étonnant que celà puisse paraître, Yann Samuel a été chiche de prendre le risque de sortir des sentiers battus et a présenté un film, certes facile et peu exigeant (quoique), mais surtout une production drôle, avec des acteurs qui se dépassent et là aussi nous font un pied de nez en prouvant qu'on ne peut gager de rien sur le passé (surtout Marion Cotillard, qui n'a pas peur d'user de sa sèche répartie).
Inattendu!



Quelques citations du film, juste deux perles :

- "La discipline, la displine est mère de l'ordre, la discipline est mère de tout." (celà dit sur un ton solennel par un directeur d'école plus vrai que nature!)
- "Tu crois au coup de foudre?" ... "Naïve!".
- "C'est tellement plus simple de rester amis." ( celle qui a dit ça a huit ans).




Résumé.

"Salut, je suis un charmant film aux allures, dit-on, de "Fabuleux Destin d'Amélie Poulain", (mon réalisateur joue beaucoup avec les lumières, les images tirées de l'enfance ou d'une vision simpliste du monde et les musiques rétros). Je suis composé de quatre épisodes mais je vais en garder le secret...

Mon héros s'appelle Julien, très tétu, et toujours prêt à vouloir que son amie Sophie soit heureuse. Pour celà, il prend de gros risques et finit par s'attirer les foudres de son père... c'est ce qui arrive quand on joue à "cap ou pas cap". Surtout si on confond le jeu et la réalité et que tout se retrouve mélangé.

En se lancant dans ces petits défis ces deux gamins ne savent pas dans quel pétrin ils s'engagent, et bein entendu tout cela prend une tournure désastreuse quand on s'approche du pot au roses : les sentiments! Nos deux compères vont se lancer dans une opération de destruction reciproque, sadique, C'est comme si le fait rendre à l'autre le mal qu'il a fait allait amenuiser la douleur...

Et ... (chut!!!).

Un petit conseil : prenez vous au jeu!"